You are currently viewing Dogs of the dow : méthode boursière gagnante ?

Dogs of the dow : méthode boursière gagnante ?

Connaissez vous la technique des dogs of the dow ? C’est une méthode sur la bourse qui vous le verrait est très simple à mettre en application. Il n’y a même pas besoin d’être un spécialiste des marchés boursiers et des sociétés. Mais la question à se poser, est-elle intéressante et gagnante ?

Je continue à coté mon autre challenge boursier : « Road to the million« 

La stratégie des dogs of the dow : C’est quoi ?

La stratégie Dogs of the Dow est une stratégie d’investissement à long terme. Elle a été popularisée par le gestionnaire de fonds et auteur américain Michael Higgins en 1991 dans son livre intitulé « Beating the Dow ».  C’est une méthode dans laquelle un investisseur sélectionne 10 actions de l’indice Dow jones, qui offrent les rendements en dividendes les plus élevés. La méthodologie est donc simple dans son application et ne nécessite aucun travail informatif.


Dans cette vidéo,

Je détaille plus en profondeur certains sujets vus dans cet article que je juge essentiel et j’aborde d’autres notions que je développe tout autant. Vous pouvez aussi retrouver en format vidéo les différents challenges « sur la bourse » :


Pourquoi l’intitulé est dogs donc chiens, vous allez me dire ? Tout simplement, les actions choisies sont appelées « chiens » car ce sont généralement les entreprises cotées les moins appréciées de l’indice. Comme elles offrent des rendements plus élevés que les autres, c’est souvent du à leurs performances médiocres à court ou moyen terme. 

L’investisseur achète ces titres le premier jour de l’année. Les investissements sont conservés pendant une année entière, et le même processus est répété chaque début d’année pour rééquilibrer les positions prises afin de maintenir la détention de nouveaux titres répondant au critère.

Car oui, certaines valeurs peuvent être vendus pour en acheter d’autres. Par exemple, ça sera le cas si des actions sortent du dow Jones. Cela peut être aussi par le fait que d’autres valeurs offrent de meilleurs rendements que celles qui sont dans le portefeuille.

Il est à noter qu’une alternative est née de ce concept en ne sélectionnant que 5 actions.

Les résultats de la stratégie dogs of the dow

Comme je le répète souvent, une image vaut 1000 mots. J’arrête de parler et voici les résultats en courbes :

Source : ABC Bourse

Je précise que la courbe bleue est celle des dogs of the dow et que celle en rouge est celle du Sp500. Je rajoute que la durée temps dure plus de 20 ans entre 1999 et 2021.

Ah ça fait mal si vous espériez une technique miracle dans la bourse. Si vous aviez appliqué la stratégie des dogs of the dow depuis 2009, vous auriez battu le Dow Jones 6 fois sur 10 . Ce n’est pas mal du tout pour une stratégie aussi simple, même si le chiffre tombe à cinq sur 10 lorsque l’on le compare aux performances de l’indice plus large S&P 500.

En 2020, son rendement était de -12,6 %, contre 7,2 % pour le Dow Jones et 18,4 % pour le S&P 500.

Cette mauvaise performance en 2020 signifie que sur 10 ans, la stratégie Dogs a sous-performé par rapport aux deux indices, affichant un rendement annuel moyen de 9,2 % contre 11,4 % pour le Dow Jones et 12,3 % pour le S&P 500. Depuis début l’année 2000, les Dogs ont sous performé par rapport aux deux autres indices un peu plus de la moitié du temps, tendant à sous-performer en particulier lors des crises.

Je vous avais signalé qu’une alternative avait été mise en place en ne sélectionnant que 5 titres les plus rémunérateurs de dividendes, au lieu des 10. Il s’agit tout simplement d’une version concentrée de la méthode originale et, selon les partisans , cela s’est avéré plus efficace au fil du temps, permettant un rendement annualisé de 10 % depuis 2000, contre 9 % pour la stratégie Dogs originelle et 7,5 % pour le Dow Jones.

Pensées personnelles

Du dogs of the dow 10 au dogs of the dow 5, je ne suis toujours pas convaincu. Comment on peut investir sur des couteaux qui tombent ? L’adage dit justement l’inverse. Je préfère baser une stratégie sur des cours qui montent et le montrent dans le temps. Alors oui, mes contradicteurs me diront que les actions Dogs of the dow sont présentes dans la sélection parce qu’elles n’ont pas affiché des performances aussi solides que les autres actions de l’indice et qu’elles sont devenues sous-évaluées. Soit ,oui pourquoi pas ? Mais je ne suis toujours pas convaincu. Je ne conseillerai pas cette stratégie

Et me voici parti pour un nouveau challenge

Tout ceci m’a donné l’idée d’un challenge. Si cette méthode sous performe, pourquoi ne pas faire l’inverse et qu’elle superforme.

Je vais donc faire un challenge dès le 1er jour de l’an avec les « cats of the cac » ! C’est un jeu de mots pour signaler que c’est l’inverse avec mon choix de chats et non de chiens. Et je vais appliquer cette nouvelle stratégie sur le CAC 40. Oui, on pourrait faire cette stratégie sur le dow jones mais les frais de courtage seront plus élevées et j’ai vraiment envie d’optimiser non seulement les éventuels bénéfices mais aussi les dépenses réelles, là par contre.

Quelle méthodologie

  • Achat de 7 actions le 1er jour de l’année
  • Choix sur celles qui ont les plus faibles rendements sur dividendes du cac40.
  • Historique dividende maintenu sur 10 ans minimum
  • Renouvellement, si besoin, le 1er jour de l’année suivant ou en cours d’année

Oui mes choix sont à l’inverse de celle de Higgins. Je rajoute un historique des dividendes. Je ne souhaite pas choisir des sociétés avec un dividende exceptionnel ou qui ont coupé leurs dividendes depuis peu de temps. C’est pour ça et vous le verrez, je n’ai pas choisi Safran ou Arcelor qui faisaient d’office partie de la méthodologie. Avec leurs coupes en 2020, ces valeurs ont été écartées.

Chaque début d’année, si une valeur ne fait plus partie du top 7 des rendements sur dividende les moins élevées, elle sera remplacée. Idem, si elle sort de l’indice de référence. cela peut arriver en cours d’année et je m’adapterai selon la situation.

Pourquoi 7 valeurs ? c’est un mix entre la technique traditionnelle des 10 actions des dogs of the dow et celle améliorée avec 5 actions. Aussi, le rendement de ma 5e action était quasi égale avec la 6e et la 7e, donc pas de jaloux, j’ai choisi l’ensemble. Je vous révèle dans quelques instants ma liste des « cats of the cac »

Enjeux financiers

  • 500 euros par « cats of the cac »
  • 0.99 euro par frais de courtage

Je ferai des transactions de 500 euros pour action sur le PEA. J’ai des liquidités dessus, ça tombe bien. Les frais de courtage sont de seulement 0.99 euro jusqu’à 500 euros donc j’en profite. Cela représente seulement 0.198% de frais de courtage, j’optimise ainsi ces frais là.

Objectifs financiers

  • Faire mieux que les indices de référence donc le CAC40.
  • Rentabilité de 10% et plus

En sachant que les marchés boursiers font 7% de rendement annuel, il n’est pas déconnant de viser les 10% surtout si je bats les indices.

Mais la priorité, c’est de battre l’indice du CAC40, l’indice de référence.

Pensées finales

Je présenterai tous les trimestres ou semestres, je ne sais pas encore, le suivi de ce challenge avec le portefeuille « cats of the cac ».

Voilà, les 7 actions dont les rendements sont les plus faibles du cac40 en 1er janvier 2024. Il s’agit d’Hermès, de l’Oréal, de St microelectronics, de Dassault systèmes, de LVMH, d’Essilor et d’Air liquide.

  • Dassault systèmes : Versement de dividendes depuis 20 ans et un rendement de 0.47%
  • St microelectronics : Versement de dividendes depuis 29 ans et un rendement de 0.55%
  • Hermès : Versement de dividendes depuis 13 ans et un rendement de 0.68%
  • L’Oréal : Versement de dividendes depuis 33 ans et un rendement de 1.33%
  • Air liquide. : Versement de dividendes depuis 33 ans et un rendement de 1.67%
  • LVMH : Versement de dividendes depuis 33 ans et un rendement de 1.71%
  • Essilor. : Versement de dividendes depuis 33 ans et un rendement de 1.79%

Les actions me plaisent mais elles ont tellement augmenté ces dernières années que j’espère qu’elle ne souffriront pas trop en 2024. Elle sont quand même bien diversifiées entre de la consommation, de l’industrie et de la tech. Donc, à voir… Et on se donne RDV dans 5 ou 10 ans pour savoir si cette stratégie très personnelle est viable. 🙂

A bientôt les amis investisseurs pour d’autres challenges !

Laisser un commentaire